AG de l’association le vendredi 6 janvier 2012

au Café Club de la MJC de Rambouillet

 48 adhérents ; 23 présents et 13 pouvoirs, soit 36 votes possibles. Le quorum est atteint et l’Assemblée peut valablement délibérer.

Les producteurs : Fabien Bordier (légumes, poulets), Claudie Le Quéré (fromages), Kevin Boisset (œufs, Bergerie nationale) sont présents.

I. Rapport moral présenté par Marie Legris, présidente, adopté à l’unanimité

L’association est le support d’une AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne), adhérente au réseau des AMAP d’Ile de France. Les contrats, selon le principe des AMAP concernent les légumes et les poulets (producteur : Fabien Bordier), les œufs (Bergerie nationale), les fromages de chèvres (La Ferme de la Noue, La Celle les Bordes), le pain, le poisson (Yohann Avice). Elle organise également des ventes groupées (huile d’olive, viande de bœuf, farine, pommes de terre).

Le rapport moral fait le bilan de la situation de chaque contrat pour 2011, puis les producteurs présentent leurs perspectives 2012. La discussion suit. Le compte rendu ci-dessous fait état des interventions produit par produit.

Contrats
  • Légumes

Le contrat regroupait fin 2010/11 : 49 adhérents pour 29 paniers, il y a pour 2011/2012, 35 adhérents pour 21 paniers. Les abandons semblent essentiellement dus à la contrainte d’aller chercher les paniers à jour et heure fixes, tardive quand on a des enfants petits, et à l’ouverture d’autres AMAP plus proches pour certains.

Lors de la discussion, certains regrettent le fait qu’il y ait des pommes de terre systématiquement, même l’été, et proposent que les commandes de pommes de terre se fassent hors panier. D’autres sont critiques vis à vis des légumes coupés (demi-chou, demi-potiron,..) ou sur la taille des courgettes ou le manque de variétés des tomates, cet été. Beaucoup souhaitent des fruits, kiwis, fraises, poires,….

Le producteur précise qu’il lui semble pertinent de maintenir des pommes de terre toute l’année, car cela constitue, comme la salade, un produit de base. Mais les variétés de pommes de terre l’été sont différentes et d’une autre utilisation que celles d’hiver. Sur les demi-légumes, il suffit de les conserver enveloppés, dans du film ou un sac en papier dans le compartiment légumes du réfrigérateur. Le producteur essaiera de mettre systématiquement un fruit dans chaque panier au moins l’hiver. Il prévoit des plantations de fraises pour cet été. C’est un essai, il ne garantit pas son efficacité dès cet été, plutôt l’été prochain.

  • Poulets

16 familles participaient au contrat qui s’est terminé en mars. Depuis, les livraisons de poulets se font au coup par coup par commandes groupées (une vingtaine de poulets à chaque fois). Effectivement, Fabien ne peut pas nous garantir une régularité des livraisons, car il dépend des possibilités d’accueil à l’abattoir de Chartres. Ce problème sera réglé quand Fabien aura fini l’installation de son hangar, où il élèvera ses volailles (y compris volailles « festives » et lapins) et où il installera sa « tuerie » (= un abattoir destiné à une production locale vendue localement). Ce devrait être opérationnel en juin.

  • Chèvre

Claudie a assuré par contrat 8 distributions toutes les 3 semaines tant que les chèvres ont fourni du lait. Les livraisons reprendront après l’agnelage, qui devrait être plus tôt cette année, compte tenu de la météo clémente (mars). Elle continuera à livrer en barquette pour des raisons d’hygiène.

  • Œufs

En 2010/2011, 49 adhérents prenaient 510 œufs/livraison, puis 34 adhérents ont pris 444 œufs jusqu’au renouvellement du contrat en janvier 2012. En accord avec l’AMAP, les œufs passent à 1.70 € les 6, le tarif de 1.68 € n’ayant pas bougé depuis le début. Kévin rappelle que les œufs se conservent sans problème, y compris hors réfrigérateur, la date « extra-frais » (soit les 9 jours suivant la livraison) ne concernant que les œufs consommés crus ou coques. Les œufs peuvent se consommer plus d’un mois après sans problème (il est même conseillé de ne pas les consommer trop tôt pour la pâtisserie).

  • Poisson

Après une première commande groupée de coquilles Saint-jacques en décembre 2010, un contrat pour 5 livraisons de 23 paniers a été lancé. Yohan n’a pu fournir en mai, la météo et diverses difficultés empêchant la livraison de paniers. Les Amapiens ont abandonné le montant du panier au producteur. Le caractère aléatoire de la pêche interdit pour l’instant de relancer des paniers. Il y a eu une commande groupée de coquilles en décembre. Yohan espère obtenir un agrément pour d’autres produits (coquillages type bulots) car la pêche sur son petit bateau se heurte à la concurrence de bateaux industriels qui s’approprient tout le poisson disponible et il ne peut pas vivre de son métier dans ces conditions.

  • Pain

Le contrat pain arrive à son terme. Le producteur, Grégory, étant en faillite, il ne sera pas reconduit. Un autre producteur sera sollicité.

Commandes groupées 
  • Pommes de terre : 2 livraisons en 2011 : 90 kg en janvier et 130 kg en décembre (12 familles)
  • Huile d’olive : 20 familles, 80 litres en juin, nouvelle livraison en janvier
  • Viande de bœuf : les livraisons se font à partir du moment où 20 colis de 10 kg sont commandés, ce qui a toujours été le cas. Environ 4 livraisons par an, satisfaction quant à la qualité.
  • Farine : M. Vallon, producteur à Cernay-la-Ville, en a livré 2 fois en 2010/2011.
  • Vin de Corbières : une dégustation a eu lieu, certains ont pu commander. Prix considérés comme assez élevés
Activités
  • Une enquête de satisfaction, dépouillée par Emeline Gruat, a donné trop peu de réponses pour une analyse générale. Elle a été néanmoins donnée à Fabien qui essaiera de tenir compte des remarques.
  • Des visites des installations partenaires ont été organisées (Fabien en septembre, l’exploitation avicole de la BN en novembre 2010, la Ferme de la Noue à plusieurs reprises : porte ouverte le 14 mai, fête des fermes en juin, marché fermier en octobre, barbecue chez le producteur de bœuf en mai)
  • Un repas à la salle St-Hubert pour tous les adhérents (une quinzaine de familles présentes) et avec Claudie, Fabien, Grégory en avril.
  • Artisans du monde : une vente pendant la quinzaine du commerce équitable ;
  • Marie a participé à deux réunions Inter-Amap (Sud Yvelines et Essonne). Une autre réunion est prévue en février.

Informations complémentaires des producteurs

  • Outre la meilleure organisation et le développement de l’activité élevage de volailles et lapins, Fabien a installé chez lui un « distributeur automatique de légumes ». Nicolas est maintenant associé. Un employé, Sylvain, complète l’équipe. La compagne de Fabien devrait rejoindre l’équipe dans la perspective du développement de l’activité « volailles ». Nous avons redemandé à Fabien de bien donner à l’avance le contenu du panier, le lundi. Le plan de cultures a été apprécié, les amapiens aimeraient en être destinataires chaque année. Une visite de la ferme est prévue. Fabien travaille avec plusieurs Amap, pour 220 paniers environ.
  • Claudie nous confirme qu’elle a pu embaucher en CDI, grâce aux 12 Amap avec lesquelles elle travaille, 2 personnes et demi. Elle préfère ne pas imposer de livraison en août plutôt que de perdre des contrats. Or, c’est la pleine période au niveau production laitière. Elle suggère (pour ceux qui en sont d’accord uniquement) de faire sécher les fromages et de les joindre à la livraison suivante. Nos contrats sont vitaux pour son exploitation.
  • Kevin fait un point sur le devenir de la BN : la ferme est confortée et la reconversion bio de la totalité de la ferme sera effective d’ici 5 à 7 ans. Il rappelle que la Bergerie Nationale privilégie les livraisons pour les amap et que nos contrats sont eux aussi très importants dans la pérennité de l’exploitation.

Problèmes rencontrés

  • Nous engageons les Amapiens à se regrouper entre « voisins » pour la récupération des paniers. Ce n’est pas très facile, mais cela éviterait que l’on attende parfois bien au-delà de 20 heures pour livrer les derniers paniers.
  • Des difficultés lors des livraisons de cet été, en août, surtout : les personnes inscrites sur le planning ont oublié de venir, les présents ont suppléé un peu dans l’urgence. Beaucoup de paniers sont restés sans preneurs. Ils ont été donnés au Secours Populaire. Fabien en a profité pour ajouter des cageots de légumes (pommes de terre, courgettes et tomates). Cette pratique sera systématisée cet été. Pour des raisons pratiques de gestion des œufs, il n’y aura plus de jokers. Ou bien les Amapiens feront prendre leurs œufs par un ami, ou bien ils partiront au Secours Populaire.

Site Internet

Il est mis régulièrement à jour par Alain Poulet, et il est consulté. N’hésitez pas à l’alimenter, en recettes notamment.

II Rapport financier, présenté par Myriam Noré et adopté à l’unanimité

Myriam présente les comptes, qui sont simples. L’adhésion de 5 € permet de payer notre adhésion au réseau Amap Ile-de-France (120 €). Il reste un peu d’argent pour le fonctionnement, dont le pot amical servi à l’occasion de l’AG (environ : 40 €). En perspective, il faut prévoir une augmentation de la cotisation au réseau Amap.

III Élection du Collectif

Restent au collectif : Marie Legris, Philippe Legris, Ida Le Gourvellec, Alain Poulet, Myriam Noré, Sylvie Chardon, Nathalie Dollfus. Sandrine Bisch se met en retrait cette année pour des raisons de maternité. Virginie Hubbard rejoint le collectif.

IV Perspectives pour l’année à venir

– Grégory ayant fait faillite, Philippe contacte des producteurs locaux (La Budinerie) pour mettre sur pied un nouveau contrat pain.

– La Bergerie proposant des agneaux, nous étudierons la question et vous proposerons sûrement un contrat ou des ventes groupées.

– Des commandes ponctuelles de produits d’Artisans du Monde seront organisées.

A la réunion du Collectif du 25/01/2012, ont été élus :

–       Marie Legris, Présidente

–       Myriam Noré, Trésorière

–       Sylvie Chardon, Secrétaire

AG du 7 octobre 2010 pour la création de l’association

Ordre du jour :

1) bilan de l’amap pour 2009/2010 ;
2) pourquoi créer une association ?
3) présentation et discussion du projet de statuts pour l’association ;
4) adoption des statuts ;
5) élections des membres du Collectif ;
6) pot dans la salle reliure.

Nombre de présents : 29 amapiens et 2 producteurs
I. Bilan de l’année écoulée
L’assemblée générale s’est ouverte par la lecture des résultats du sondage de satisfaction (29 réponses) par Anne-Lise et de commentaires élargis aux livraisons d’œufs (problèmes de marquage de la date de ponte). Il a été demandé que les amapiens soient prévenus plus tôt des moments de convivialité ; la date du 27 novembre, 14 heures, a été fixée pour la visite de l’exploitation avicole et de l’emballage des œufs avec Kevin. Une visite de la ferme dans son entier sera possible. L’éventualité d’obtenir une salle plus grande pour les distributions du jeudi soir a été envisagée ce qui permettrait plus de convivialité (des échanges de légumes entre amapiens selon les goûts de chacun et plus de personnes à la distribution pour gagner du temps). Une salle serait disponible à la Bergerie… à voir.
Le problème de l’arrêt de distribution de lait cru à la Bergerie est du à la présence d’atrazine dans l’eau et devrait être prochainement solutionné par des filtres à charbon.
II. Pourquoi créer une association ?
La discussion s’est engagée sur l’intérêt d’être affilié au réseau des AMAP d’Ile de France : ses permanents offrent une assurance, une aide juridique, un service de communication et de lobbying, un soutien aux projets du réseau et une garantie participative. Le coût de la cotisation à l’association Les Caramboles fixée à 5 euros risque d ‘augmenter pour soutenir ce réseau (le montant de l’adhésion pour 2011 n’est pas encore connu).
Le passage en association permettra :
– d’avoir une visibilité au niveau local
– d’avoir une légitimité (possibilité de demande de salle par exemple)
– la transparence financière avec la possibilité de gérer un compte bancaire : le choix s’est porté sur le Crédit Coopératif, ce qui suppose l’achat de 3 parts sociales (45€) + 7, 50 euros / trimestre de frais bancaires + 0, 035 % sur les débits.
– un fonctionnement démocratique
– structurer toutes nos activités, celles qui relèvent de la charte des AMAP et les autres, telles que les commandes groupées.
– la pérennité de l’activité

III. Statuts
Des amendements ont été apportés au projet : suppression des membres bienfaiteurs, rajout d’un quorum pour les AG (voir statuts amendés en pj).Un règlement intérieur sera rédigé sans toucher aux statuts.Il a été demandé à un adhérent, Jean-Marie Chardon de vérifier si le nom « Les Caramboles » n’est pas déjà pris, en ce cas on modifierait l’orthographe.

IV. Votes
L’association n’étant pas encore créée, l’organisation du vote s’est fondée sur la règle : 1 personne, 1 voix.

Mises aux votes :
– pour fonder l’Association Les Caramboles : OUI à l’unanimité.
– définition du quorum : OUI à l’unanimité
– Approbation des statuts amendés : OUI à l’unanimité.

– Présentation puis élection du Collectif de 12 personnes destiné à animer l’Association : par ordre alphabétique : Bisch Sandrine, Cambianica Anne, Chardon Sylvie, Dollfus Nathalie, Jourdain Régine, Le Gourvellec Ida, Lebègue Anne-Lise, Lebègue Jérôme, Legris Marie, Legris Philippe, Poulet Alain, Ragon Anne-Laure. OUI à l’unanimité.

L’AG s’est achevée par un pot « gastronomique ». Longue vie aux Caramboles !